Siege-de-la-CENI.jpg

Siege-de-la-CENI.jpg


De nombreuses rumeurs circulent dans la communauté tout comme sur internet telles que « sans fichier électoral fiable pas d'élections en RDC » ou « les élections n'auront pas lieu cette année en RDC ». Les doutes persistent au sein de la population sur la tenue des élections en décembre 2023 en RDC et aussi sur la crédibilité du fichier électoral de la CENI. Pourtant, le processus électoral continue d'avancer.

D'après le chargé de l'éducation civique et électorale à la CENI, Nestor Maroyi, l'existence du fichier électoral et la répartition des sièges par rapport au nombre d'électeurs par circonscription prouvent la crédibilité de ce fichier.

« Les critères de fiabilité du fichier électoral reposent sur deux critères fondamentaux : l'existence des électeurs qui se sont fait enrôlés dans leurs circonscriptions c'est-à-dire que la CENI procède à l'identification et à l'enrôlement des électeurs dans les différentes circonscriptions reconnues par la loi. Le deuxième critère est la facilité de produire ou de générer les sièges pour chaque circonscription électorale proportionnellement au nombre d'électeurs qui se sont inscrits là-bas. Le nombre de sièges est fixé sur base des électeurs qui se sont inscrits dans chaque circonscription électorale », a-t-il expliqué.

Avant d'ajouter : 

« Cela permet au Parlement d'adopter la loi portant répartition des sièges. Il se peut qu'il y ait des électeurs qui se sont enrôlés une ou plusieurs fois, on appelle ça les inscriptions multiples. A ce niveau, on raye les inscriptions multiples d'un électeur qui s'est fait enrôler plusieurs fois. On procède à l'audit du fichier électoral pour constater les objectivités du fichier par rapport au nombre de personnes qui se sont inscrits, par rapport au fait qu'on ne constate pas des irrégularités dans ce fichier ». 

Il conclut en affirmant qu'il ne reste plus grand chose pour la tenue des élections en décembre en RDC.

« La CENI est en mesure d'organiser les élections en décembre 2023 parce que les conditions sont réunies de manière maximale : il y a existence des électeurs, des centres et bureaux de vote, des agents qui vont travailler dans les bureaux de vote et de dépouillement. Présentement la CENI fait la mise à jour des machines à voter (dispositif électronique de vote, DEV, appellation dans la nouvelle loi) qui vont permettre à ce que le déploiement et le dépouillement dans les bureaux de vote soient réalisés... Les conditions pour arriver aux votes sont là et il ne reste plus grand chose à faire ».

Cinq experts recrutés par la CENI ont rendu publiques les conclusions de l'audit du fichier électoral lundi 22 mai 2023, rapporte actualite.cd. Ces auditeurs externes ont déclaré que ce fichier électoral contient les données validées, estimées à 43 955 181 électeurs qui découlent des statistiques brutes de 47 299 364 enrôlés.

-------------------------------------------------------

Cet article est réalisé dans le cadre de la vulgarisation du bulletin Sango ya Bomoko, qui collecte et répond aux rumeurs qui circulent dans la communauté pour prévenir le développement de discours de haine, tribalistes et la désinformation capables de briser la cohésion sociale. 

Cliquez ici pour lire l'intégralité du bulletin n°8