Photo droits tiers


La communauté se réclamant majoritaire dans le secteur de Bapere n’a pas eu de représentants au parlement lors des élections de décembre 2023 tant au niveau national que provincial. Du coup, une manifestation a été organisée vendredi dernier afin de « dénoncer la fraude électorale et le complot contre la communauté Bhere ». Le soulèvement s’est soldé par des chants de violence demandant à la communauté nandés de quitter le secteur de Bapere de surcroît, le chef de secteur. 

Le secteur de Bapere se situe au nord-ouest de la province du Nord-Kivu dans le territoire de Lubero. Manguredjipa, Chef-lieu de ce secteur se trouve à 100 km au sud de la ville de Butembo. La communauté Bhele (prononcé Bhere) communément appelée PIRI est originaire de cette zone. Depuis la proclamation des résultats provisoires des législatives nationales et provinciales du 20 décembre 2023 par la CENI, des discours de haine appelant à la violence circulent sur les réseaux sociaux. 

Un secteur est une subdivision administrative du territoire différente d’une subdivision coutumière. Le Chef de secteur est élu et investi par les pouvoirs publics. (Art 65 et 66 de la loi portant composition, organisation et fonctionnement des Etds en RDC).

Ces discours de haine visant à diviser les populations devraient être condamnés par les autorités. Il est important de rappeler que tout Congolais peut diriger un secteur selon les dispositions de la loi. Suivant la géopolitique, le secteur de Bapere a déjà connu des chefs originaires de la communauté Bhele notamment Maneno Kamba Kamba et Kombi Nepa Nepa. Aujourd’hui, le secteur est dirigé par Macaire Sivikunulwa. 

« J’appelle la population à ne pas céder à la manipulation de certains politiciens qui veulent utiliser la division pour se refaire une santé politique. Nous sommes appelés à vivre ensemble, car le développement de Bapere dépend de tout le monde », a déclaré le Colonel Kiwewa Mitela Alain, administrateur du territoire de Lubero à SANGO YA BOMOKO. 

Le vivre ensemble, peu importe les ethnies 

Selon lui, les nandes, les piri, les shi, les rega, les hundes… tout le monde contribue d’une manière ou d’une autre au développement du secteur. « Nous sommes tous des Congolais et nous devons promouvoir l’unité et le vivre ensemble. Un candidat malheureux ne doit pas soulever une communauté contre une autre. S’il est lésé, il y a des institutions habilitées, notamment la cour constitutionnelle et la cour d’appel », at-il ajouté.

Copy of SB - Note d'Alerte #35 by Infos Actualite.cd on Scribd