More

    Goma : aucune preuve scientifique ne démontre que le « Muvuke » prévient le Covid-19

    C’est devenu une pratique dans plusieurs foyers de Goma (Nord-Kivu) qui prétendent se prévenir contre le Covid-19. Les vapeurs produites par des feuilles de différentes plantes, telles l’eucalyptus blanc, le goyavier, le citronnier sont inhalées, pour soit disant, se protéger contre le Coronavirus. La pratique « fumigation » est même vantée sur la toile. Bienvenu Matumo, un jeune influent de Goma a écrit le 15 août dernier sur Twitter : 

    « Un phénomène envahit la ville de Goma: SAUNA, qui permet de respirer la vapeur de feuilles des arbres à une haute température (60). On l’appelle (Muvuke) qui a des conséquences positives sur la santé. Certains croient qu’il présente des remèdes sur le Covid. J’y vais aussi »

    Les scientifiques déconseillent cette pratique 

    Selon les scientifiques, les analyses n’ont jamais été effectuées au sujet de sa capacité à guérir ou prévenir le Covid-19. 

    « Le muvuke que nous appelons le sauna est une pratique qui permet de purifier le corps sur beaucoup de plans, mais ce n’est pas tout le monde qui est appelé à le faire. Cette pratique là, a aussi des contre-indications. Les gens doivent se connaître. Je prends un exemple. Les gens qui souffrent de l’hypertension. Ils ne sont pas habilités à pouvoir faire ce muvuke là parce que pour eux, il faut une température appropriée, normalement, entre 60 et 80 ° C. est-ce que ces gens qui font des muvuke ont des thermostats pour pouvoir prélever la température afin de connaître la limite de quelqu’un qui est hypertendu, par exemple ou bien quelqu’un qui a un problème de maladie cardiaque. Vous voyez qu’il y a des contre-indications. Ce que je demande à la population, c’est de pouvoir consulter les médecins » a conseillé Lolo Mihala, président de pharmaciens du Nord-Kivu. 

    Selon le Dr Stéphane Hans Bateyi, coordonnateur provincial du programme élargi de vaccination, PEV au Nord-Kivu, la fumigation n’est rien d’autre que l’automédication, une pratique qui est également déconseillée. 

    « Même s’il y a quelques médicaments traditionnels qui sont en train d’être validés par le niveau central, ils ont aussi des prescriptions. Donc, on ne les prend pas vaille que vaille puisque vous pouvez vous intoxiquer ». 

    Il conseille plutôt les gens qui veulent se prévenir contre le Covid-19 à se faire vacciner au moment opportun. En attendant l’arrivée de nouvelles doses de vaccin, le Dr Bateyi appelle les habitants de Goma à respecter scrupuleusement les mesures barrières. 

    « La priorité pour la première dose, ce sont des personnes vulnérables vu leur état de santé, mais aussi vu leur fonction. C’est comme ça que dans cette première phase de vaccination, la priorité c’est de vacciner les personnes âgées de 55 ans et plus, des personnes souffrant de la comorbidité (hypertension, diabète et d’autres maladies chroniques), mais aussi les travailleurs de première ligne dont le personnel soignant et les travailleurs sociaux. (…) Dans les semaines qui suivent, nous sommes en train d’attendre des lots qui vont venir de l’extérieur pour poursuivre la vaccination. Les gens qui attendent la vaccination, qui n’ont pas encore reçu leur première dose, nous allons leur recommander de respecter scrupuleusement les mesures barrières en attendant que les vaccins arrivent dans les semaines qui suivent pour qu’ils soient aussi vaccinés » a ajouté le Dr Stéphane Hans Bateyi, coordonnateur provincial du programme élargi de vaccination, PEV au Nord-Kivu. 

    Muvuke, faut-il le prendre combien de fois par jour ? À quelle dose ?

    Contacté par LOKUTA MABE, le chef de division provincial de la santé, le Dr Janvier Kubuya, appelle pour sa part les habitants de Goma à se diriger tôt vers les structures sanitaires, dès la présentation des symptômes, plutôt que de se livrer à pratiquer le « Muvuke ». 

    « Évitons l’automédication. Laissons aux médecins, aux infirmiers, aux pharmaciens, le travail qui est le leur, celui de vous prescrire des médicaments. Je ne connais pas très bien les principes actifs de Muvuke. Faut-il le prendre combien de fois par jour ? À quelle dose ? Je ne connais pas. Je ne peux pas le conseiller. Qu’est-ce qu’y a dedans ? Je déconseille. Je dis, venez au niveau de la structure hospitalière la plus proche et les cliniciens, médecins et infirmiers vont s’occuper de vous. Il faut arriver à temps » a dit le Dr Kubuya. 

    Du 5 mai au 10 juillet 2021, 6 775 personnes ont été vaccinées à la première dose de Astrazenecca au Nord-Kivu. 179 sont revenues pour prendre leur deuxième dose. 

    Le Nord-Kivu est à ce jour la deuxième province avec un plus grand nombre des cas de contamination au Covid-19, soit       5.378 cas, après la ville province de Kinshasa qui en compte 33 704 cas, à la date du 16 août 2021.  

    Jonathan Kombi, à Goma

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    *

    code